L’Etat islamique détruit un nouveau temple antique à Palmyre

Tourists take pictures at the ancient Palmyra theater in the historical city of Palmyra April 18, 2008. Islamic State fighters in Syria have entered the ancient ruins of Palmyra after taking complete control of the central city, but there are no reports so far of any destruction of antiquities, a group monitoring the war said on May 21, 2015. Picture taken April 18, 2008. REUTERS/Omar Sanadiki - RTX1DX3J

Le temple de Bel, à Palmyre, avant sa destruction par l'Etat islamique.Le temple de Bel, à Palmyre, avant sa destruction par l’Etat islamique. CC BY-SA 3.0 via Commons/Bernard Gagnon

Trois mois après la prise de la ville syrienne de Palmyre, l’organisation djihadiste Etat islamique (EI) poursuit son entreprise de démolition culturelle. Se basant sur des sources sur place, l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a annoncé dimanche 30 août que l’EI avait détruit à l’explosif une partie du temple de Bel, un des monuments romains emblématiques de la ville.

L’ONG précise qu’elle ne connaît pas encore l’ampleur des dégâts infligés à ce temple dédié au dieu Soleil, qui était dans un état de conservation remarquable.

« Le grand temple de Bel est considéré comme l’un des plus importants monuments religieux du Ier siècle en Orient par sa conception unique, écrit l’Unesco sur son site. Le traitement de la sculpture et de la gravure de l’arc monumental par lequel on pénètre dans la cité depuis le grand temple est un exemple exceptionnel d’art palmyrénien. Les monuments funéraires de grande envergure situés en dehors de l’enceinte fortifiée, dans la Vallée des Tombeaux témoignent de remarquables méthodes de décoration et de construction. »

Un autre temple détruit, un archéologue décapité

L’EI avait déjà détruit le 23 août un autre temple inestimable, classé au Patrimoine mondial de l’Unesco. Des images satellitaires ont confirmé le 28 août l’ampleur des dégâts infligés par les explosifs au site de Baalshamine, plus modeste que celui de Bel, dont le bâtiment principal a été totalement détruit.

La semaine précédente, les djihadistes avaient décapité l’ancien directeur du site archéologique de Palmyre et accroché son corps à une colonne antique sur l’une des places de la ville. Khaled Assaad, qui avait dirigé pendant cinquante ans le site des ruines romaines de Palmyre, était âgé de 82 ans.

Source : Le Monde

Le 31/08/15 by Francky

franck
About franck 2187 Articles
J'ai pris ma première bouffée d'air un 19 mars 1971 à Mâcon en Saône et Loire (71). Passionné par les grands mystères de la vie, par l'humain et notamment son comportement, Je cherche des réponses à mes questions que je n'aurai surement jamais vu la complexité du fonctionnement du genre humain. Les guerres et les haines que génèrent les religions ou la différence de couleur de peau principalement me laisse à penser que l'homme est un ignorant bestial et que les actions qui nous mèneront sur le chemin de l'amour de son prochain, peu importe nos différences, ne sont pas assez nombreuses. Néanmoins j'ai foi en l'être humain...

Be the first to comment

Laisser un commentaire