[Loi Macron] Le Conseil constitutionnel limite l’accès aux données de connexion

(FILES) - A file picture taken on February 21, 2012 shows the French Conseil Constitutionnel (Constitutional council) frontdoor in Paris. The Constitutional Council decided on December 29, 2012 to censor the 75% tax in the Finance Bill 2013, following a press release sent by the institution. AFP PHOTO / THOMAS SAMSON

Décrié pour sa censure bien timorée de la Loi renseignement, laissant passer l’article le plus polémique sur les boites noires, le Conseil constitutionnel entend cette fois-ci limiter l’accès aux données de connexion.

conseil_consitutionnel_limite_accès_données_connexion

Dans une décision attendue rendue mercredi soir, le Conseil constitutionnel exprimait son avis sur le projet de loi Macron (projet de loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques), adopté définitivement par le biais de l’article 49.3.

Si les sages l’ont validé dans son ensemble, quelques articles se sont vus censurés, dont l’art. 216 devant être inséré à l’article L. 450-3 du code du commerce et octroyant à l’Autorité de la Concurrence un droit de communication.
Ici, ce droit de communication permet à l’administration de prendre connaissance, et au besoin d’obtenir une copie, des données de connexion détenues par les FAI et opérateurs dans le but de débusquer d’éventuelles fraudes économiques.

Veto du Conseil constitutionnel qui répond sans détour que « la communication des données de connexion est de nature à porter atteinte au droit au respect de la vie privée de la personne intéressée ». Malgré le respect du secret professionnel qui incombe aux agents habilités, cette procédure n’a été assortie « d’aucune autre garantie ».

 

Répondant ainsi favorablement à l’appel des députés opposés à cet article qui dénonçaient « une atteinte manifestement disproportionnée au droit au respect de la vie privée ».

« Le fait que les opérateurs et prestataires ne sont pas tenus de communiquer les données de connexion de leurs clients ne saurait constituer une garantie pour ces derniers, estime le Conseil. « Dans ces conditions, le législateur n’a pas assorti la procédure […] de garanties propres à assurer une conciliation équilibrée entre, d’une part, le droit au respect de la vie privée et, d’autre part, la prévention des atteintes à l’ordre public et la recherche des auteurs d’infractions ».

Cette décision n’a rien de surprenant puisqu’elle se met au diapason avec la législation européenne. L’arrêt Digital Rights de la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) du 8 avril 2014 estime que « ces données, prises dans leur ensemble, sont susceptibles de permettre de tirer des conclusions très précises concernant la vie privée des personnes (…) telles que les habitudes de la vie quotidienne, les lieux de séjour permanents ou temporaires, les déplacements journaliers ou autres, les activités exercées, les relations sociales de ces personnes et les milieux sociaux fréquentés par celles-ci ».

Le gouvernement n’a plus qu’à revoir sa copie.

Par Elodie

Source : Journaldugeek

Le 07/08/15 by Francky

franck
About franck 2198 Articles
J'ai pris ma première bouffée d'air un 19 mars 1971 à Mâcon en Saône et Loire (71). Passionné par les grands mystères de la vie, par l'humain et notamment son comportement, Je cherche des réponses à mes questions que je n'aurai surement jamais vu la complexité du fonctionnement du genre humain. Les guerres et les haines que génèrent les religions ou la différence de couleur de peau principalement me laisse à penser que l'homme est un ignorant bestial et que les actions qui nous mèneront sur le chemin de l'amour de son prochain, peu importe nos différences, ne sont pas assez nombreuses. Néanmoins j'ai foi en l'être humain...

Be the first to comment

Laisser un commentaire