Management inhumain, maltraitance psychologique : Webedia a fait d’Allociné un enfer

Nous avons reçu énormément de témoignages à la suite de cet article paru sur le site TéléObs. Depuis son rachat par le mastodonte Webedia, il semblerait que le climat chez Allociné se soit tendu. Benoit Gaudin a souhaité nous parler de son histoire.

François Hollande en visite chez Webedia en 2015 (P.WOJAZER)

Après deux ans et demi chez Allociné, je suis parti en 2015. J’ai claqué la porte.

J’en avais marre.

Très concrètement, à partir du moment où le rachat du site (qui est le 2e mondial après IMDB) a été acté, la façon de travailler à énormément changé.

Moi, je travaillais à la technique du site. Je dois reconnaître qu’à ce pôle, on était plutôt bien protégés grâce à notre supérieur qui faisait tampon.

Mais dès qu’il a annoncé qu’il s’en allait, tout est parti en vrille.

Impératifs financiers

Les impératifs ont changé. C’était devenu des impératifs financiers, des impératifs de clics.

Les managers de Webedia acceptaient des campagnes de pub, qui mettaient le site techniquement en « danger », ou encore des opérations spéciales à préparer pour le lendemain, de la création graphique, à l’intégration HTML.

On était trop souvent prévenus au dernier moment

Toutes les décisions techniques, étaient également remises en question par les employés de Webedia, qui n’y connaissaient pourtant strictement rien.

Nous ne pouvions plus prendre aucune décision malgré l’expérience que pouvaient avoir nos intervenants.

Non seulement nous n’avions plus la main sur rien, mais on a dû assumer certains échecs dus à ces décisions !

Certains renvoyés comme des malpropres

Du point de vue du management, n’en parlons même pas, c’est totalement inhumain : j’ai vu des collègues être maltraités, littéralement, au quotidien, pendant des mois. C’est un travail de sape sur le long terme : on leur parlait mal, on leur donnait tout d’un coup beaucoup trop de travail, ou pas assez.

Globalement, cela provoque une grande fatigue morale et psychologique.

J’ai vu des collègues se faire jeter comme des malpropres. L’une d’elle était partie en congé maternité : quand elle est revenue, une personne qu’elle dirigeait avait pris sa place et avait même pris plus de galon qu’elle.

Elle avait été tout simplement rétrogradée.

« J’ai un milliardaire derrière moi »

Avant de partir, j’ai essayé de parler du malaise ambiant que tout le monde ressentait.

Lors d’une réunion, j’ai expliqué que j’avais l’impression que les néo-managers de Webedia faisaient tout pour pourrir la vie des employés d’Allociné et que Webedia finirait par payer le départ de toutes ces compétences. Je leur ai dit que c’était une erreur de leur part.

L’un des dirigeants m’a lâché, en tête-à-tête, une phrase qui continue de me scotcher :

« Je m’en fous d’avoir des indemnités à payer. C’est pas un problème pour moi, j’ai un milliardaire derrière moi. »

Peut-être qu’il s’agissait d’une d’une tentative de me convaincre qu’il faisait tout pour garder les « talents » d’AlloCiné, mais ça m’a choqué.

Je n’ai pas pu négocier mon départ

Quand je suis parti, j’ai été l’un des premiers à ne pas pouvoir négocier mon départ.

On m’a dit que c’était comme ça et pas autrement. Je pense qu’il y a eu trop de ruptures conventionnelles. Peut-être que l’inspection du travail commençait à trop s’intéresser à eux…

Je ne le regrette pas, car comme ça, je ne leur dois plus rien.

Je crois que des gens qui ont monté des dossiers contre eux ont réussi cependant à obtenir des ruptures conventionnelles après mon départ.

Dans son interview, Siré raconte des bêtises

En lisant l’article de TéléObs, je me suis dit qu’enfin, on commençait à en parler.

Enfin !

Je trouve ça bizarre que Webedia ait réussi à étouffer ça pendant si longtemps.

Sur les autres sites du groupe, je crois que les gens sont beaucoup plus jeunes (j’ai 35 ans), beaucoup moins expérimentés et plus malléables. Bon nombre d’entre eux sont à leur premier poste, et ils acceptent peut-être plus de se faire marcher dessus.

Quand j’ai lu l’interview de Cédric Siré, ça m’a en tout cas bien fait rire : il a raconté beaucoup de bêtises.

Concernant la modération, par exemple, il explique qu’une personne est chargée de modérer les critiques et les commentaires au sein d’Allociné.

C’est faux, c’est désormais un prestataire extérieur qui s’en charge.

Ce n’est pas bien grave, mais sur le principe, ça m’exaspère.

Je ne me bats plus contre des moulins à vent

En ce moment, le site subit une refonte technique. Ils sont en retard. Je crois que pour mes anciens camarades de jeu, la fin de cette refonte sonnera le glas de l’aventure Allociné.

On va sans doute leur proposer de les replacer ailleurs, mais quoi qu’il en soit, étant donné qu’il y aura une technologie différente et un nouveau site, il devront abandonner le projet Allociné.

Aujourd’hui, j’ai réussi à me défaire de tout ça : je suis développeur pour une assurance vieillesse.

Je ne me bats plus contre des moulins à vent.

Par Benoît Gaudin ex de Webedia

Propos recueillis par Audrey Kucinskas

Source : L’OBS

Le 22/02/16 by Francky

franck
About franck 2199 Articles
J'ai pris ma première bouffée d'air un 19 mars 1971 à Mâcon en Saône et Loire (71). Passionné par les grands mystères de la vie, par l'humain et notamment son comportement, Je cherche des réponses à mes questions que je n'aurai surement jamais vu la complexité du fonctionnement du genre humain. Les guerres et les haines que génèrent les religions ou la différence de couleur de peau principalement me laisse à penser que l'homme est un ignorant bestial et que les actions qui nous mèneront sur le chemin de l'amour de son prochain, peu importe nos différences, ne sont pas assez nombreuses. Néanmoins j'ai foi en l'être humain...

Be the first to comment

Laisser un commentaire