Puteaux : un élu logé en HLM et propriétaire de trois logements

« Quand on est élu, on doit montrer l’exemple », s’indigne Christophe Grébert, opposant (MoDem) à la maire (LR) de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Cet élu qu’il pointe du doigt, c’est Pascal Caumont, adjoint en charge de la vie associative et de la démocratie locale. L’intéressé cumule deux casquettes : locataire d’un logement social à Puteaux, mais aussi propriétaire de trois biens immobiliers, acquis en 2000, 2004 et 2008, et destinés à la location. « Avec ses loyers, il peut certainement vivre ailleurs, peste l’opposant. Il y a 5 000 Putéoliens qui attendent un logement social. Certains doivent en avoir plus besoin que lui. »

Selon la mairie, qui parle en son nom, Pascal Caumont vit dans son logement depuis 1994. « A l’époque, il répondait à tous les critères pour obtenir un logement social », explique le cabinet de la maire. Et de préciser que Joëlle Ceccaldi n’était pas, à ce moment-là, à la tête de l’office municipal HLM.

«Il n’a enfreint aucune règle»
C’est le code de la construction et de l’habitation (CCH) qui définit les critères d’éligibilité à un logement social. Ils sont notamment liés à la composition du ménage et au niveau des ressources. « Depuis qu’il a acquis ses biens, ses revenus locatifs ont augmenté, l’office municipal HLM a donc appliqué un surloyer, argue le directeur de cabinet. On ne peut pas l’expulser, il n’a enfreint aucune règle. » « S’il n’y a pas d’impayés de loyer, ni de nuisances pour le voisinage, il est impossible d’expulserun locataire, confirme un bailleur social. Ce cas est très particulier. »

A Puteaux, 6 200 logements sociaux étaient recensés en 2014, soit 29,6 % du parc immobilier de la ville. La mairie promet « d’essayer d’étoffer le questionnaire pour l’attribution des logements, notamment sur la question du patrimoine » du demandeur. Le conseil d’administration de l’office HLM vient aussi de voter la création d’un jury de douze Putéoliens, dont le rôle sera « de sélectionner les dossiers des demandeurs » – qui seront anonymes – avant de les présenter à la commission d’attribution qui aura, elle, la tâche de trancher. « Pour plus de transparence », souligne-t-on à l’hôtel de ville.

image

Source:www.leparisien.fr

By CC pour L1D.

Be the first to comment

Laisser un commentaire