Renaud : « Depuis hier minuit, je ne cesse de pleurer »

EMOTION – Mardi 25 janvier, Renaud a dévoilé « Toujours debout », le premier single prélude d’un nouvel album à paraître ce printemps. Touché par le très bon accueil de son nouveau titre, le chanteur ne « cesse de pleurer » devant tant d’amour et de soutien.

Renaud sur la place de la République, avec Christophe AlévêqueRenaud sur la place de la République, avec Christophe Alévêque                                         Photo : AFP

I am a rock, I am an island. Ce sont les mots de Simon and Garfunkel, ils collent si bien au cas de Renaud. Lui aussi est un roc. Une île que beaucoup pensaient prête à être engloutie, façon Atlantide, on ne sait où. Mais, mardi 25 janvier, le chanteur a démontré le contraire. Il est là et il n’a rien perdu de sa gouaille, de cette plume crue qui va droit au but. C’est à minuit que Renaud a lâché sa bête, mêlant humour, autodérision et règlements de compte à peine dissimulés. « J’suis retapé, remis sur pieds, droit sur mes guibolles, ressuscité », « Ils m’ont cru disparu, on me croit oublié. Dites à ces trous du cul, qu’j’continue d’chanter », « Et que celui qui n’a jamais titubé, me jette la première bière ».

Trending topic, numéro 1 YouTube…

Quelques heures plus tard, on ne parle que de ce retour gagnant, de la bourrasque (du mistral, même, allons) collée par Renaud : numéro 1 sur YouTube, passage en boucle sur les chaînes de télé et radios, même Twitter hisse le hashtag « Renaud » en trending topic.

La formule a été maintes fois reprise, mais elle est si vraie : Renaud est un phénix et il renaît de ses cendres. Adieu le renard. Certes, la chanson est facile, certes, la rythmique n’est pas des plus originales mais Renaud fait ce qu’il sait faire de mieux : une chanson qui va à l’essentiel avec cette signature vocale qui n’appartient qu’à lui. La voix, elle est rauque, toujours. Peut-être même un peu plus qu’il y a quelques années. L’alcool et le tabac sont passés par-là. Même si l’alcool a disparu aujourd’hui complètement de sa vie. C’est lui qui le dit sur Facebook : « Je suis à l’eau minérale depuis 127 jours, aucun manque, en revanche toujours esclave du tabac ». On est toujours esclave de quelque chose.

Un torrent de larmes dans mes petits yeux

Sur Facebook, Renaud le phénix a tenu aussi à s’adresser directement à ses fans et à toutes les personnes qui l’ont soutenu. Comme il ne fait plus de télé, il a trouvé un autre moyen de s’exprimer, quand il ne le fait pas en musique : « Depuis l’annonce de la sortie via Internet de mon nouveau single, ce sont plusieurs millions de personnes qui se sont connectées sur les différents sites me concernant pour me témoigner de leur bonheur à l’idée de mon retour », écrit-il dans une longue lettre ouverte. « Depuis hier soir minuit, jusqu’à aujourd’hui 15 h, je ne cesse de pleurer devant tous les messages de félicitations que j’ai reçu via Internet, sms, mail et appels téléphoniques pour me dire que ma voix (?!),la mélodie et les arrangements de mon new title sont selon eux exceptionnels de rires, de larmes et d’émotions ».

S’il s’est toujours tenu à l’écart de tout tapage médiatique, le buzz qu’a causé « Toujours debout » l’a touché. Le roc, l’île, le phénix est « envahit d’un bonheur indicible (…) alors un grand merci à toutes et à tous pour ce qui (comme je l’ai dit plus haut) provoque un torrent de larmes dans mes petits yeux de Titi parigot au cœur d’artichaut ».

Source : Métronews (SABINE BOUCHOUL)

Le 26/01/16 by Francky


 

Pour notre plaisir,

franck
About franck 2199 Articles
J'ai pris ma première bouffée d'air un 19 mars 1971 à Mâcon en Saône et Loire (71). Passionné par les grands mystères de la vie, par l'humain et notamment son comportement, Je cherche des réponses à mes questions que je n'aurai surement jamais vu la complexité du fonctionnement du genre humain. Les guerres et les haines que génèrent les religions ou la différence de couleur de peau principalement me laisse à penser que l'homme est un ignorant bestial et que les actions qui nous mèneront sur le chemin de l'amour de son prochain, peu importe nos différences, ne sont pas assez nombreuses. Néanmoins j'ai foi en l'être humain...

Be the first to comment

Laisser un commentaire