Rueil-Malmaison : un restaurant gastronomique interdit aux banquiers !

Le jeune propriétaire des Écuries de Richelieu s’est vu refuser un crédit pour ouvrir un second établissement. Il dénonce le « sabotage du tissu économique ».

"Chiens acceptés, banquiers interdits (sauf droit d'entrée de 70 000 euros)." Alexandre Callet et son ardoise, à l'entrée des Écuries de Richelieu, à Rueil-Malmaison.« Chiens acceptés, banquiers interdits (sauf droit d’entrée de 70 000 euros). » Alexandre Callet et son ardoise, à l’entrée des Écuries de Richelieu, à Rueil-Malmaison. © Alexandre Callet

 » Chiens acceptés, banquiers interdits (sauf droit d’entrée de 70 000 euros). » Sur l’ardoise de ce restaurant gastronomique de Rueil-Malmaison, dans les Hauts-de-Seine, les plats du jour ont cédé la place à la provocation. Comme le raconte mercredi Le Figaro, le jeune propriétaire, âgé de 30 ans, s’est vu refuser le crédit nécessaire à l’ouverture d’un second établissement et souhaite, en interdisant l’entrée de son restaurant aux banquiers, dénoncer le « sabotage permanent du tissu économique français ». Alexandre Callet a ouvert son premier restaurant, Les Écuries de Richelieu, en 2008. Il avait alors à peine 23 ans. « J’ai dû essuyer une vingtaine de refus avant d’obtenir un crédit », confie-t-il aujourd’hui au Figaro. Le résultat est un succès, l’établissement devient rapidement une référence, entre dans le Guide Michelin et ne désemplit plus.

« En 2015, nous avons réalisé notre meilleure année, non seulement au niveau de la rentabilité, mais également au niveau du chiffre d’affaires », affirme le jeune homme. Pourquoi, dans ce cas, ne pas ouvrir un deuxième restaurant ? Il trouve l’emplacement idéal et, afin d’obtenir un crédit de 70 000 euros, constitue un dossier de financement auprès des établissements bancaires. « Cela aurait dû être une formalité puisque mes crédits sont totalement remboursés et que le restaurant génère une excellente marge », affirme Alexandre Callet, toujours au Figaro. Mais une seule banque daigne lui répondre. Et par la négative… La raison du refus, il ne l’obtiendra pas. « Restaurateurs, entrepreneurs, nous sommes tous dans la même situation : à chaque fois que nous souhaitons lancer un business, nous devons nous mettre à quatre pattes. Aujourd’hui, les banquiers ne font pas leur métier ! »

L’arroseur arrosé ?

Le jeune homme avait déjà fait parler de lui en 2011 en déclarant vouloir se présenter à l’élection présidentielle. Un portrait paru cette année-là dans Metronews rappelle que les idées du restaurateur sont pour le moins libérales. « Sa bête noire, ce sont les fonctionnaires, bien trop nombreux selon lui. Il veut geler leurs salaires, supprimer 80 000 postes par an, privatiser les entreprises publiques, privatiser Pôle emploi, revenir aux 39 heures hebdomadaires. Son rêve est de liquider la maison dorée du Sénat pour reverser 300 millions d’euros au profit des étudiants boursiers« , écrivait alors le quotidien, précisant que le restaurateur avait gardé un « très mauvais souvenir de ses conseillers bancaires » et ne verrait pas de mal à ce que « l’État nationalise certaines banques pour remettre de l’ordre dans le système ».

Alexandre Callet a donc aujourd’hui laissé tomber sa seconde affaire. Mais il ne cache pas son plaisir lorsque ses clients aperçoivent l’ardoise à l’entrée du restaurant. « La France insoumise est fière de cette initiative », n’a pas tardé à tweeter Jean-Luc Mélenchon. « Les personnes visées se reconnaîtront », a, pour sa part, affirmé le restaurateur.

Source : Le Point

Le 17/02/16 by Francky

franck
About franck 2187 Articles
J'ai pris ma première bouffée d'air un 19 mars 1971 à Mâcon en Saône et Loire (71). Passionné par les grands mystères de la vie, par l'humain et notamment son comportement, Je cherche des réponses à mes questions que je n'aurai surement jamais vu la complexité du fonctionnement du genre humain. Les guerres et les haines que génèrent les religions ou la différence de couleur de peau principalement me laisse à penser que l'homme est un ignorant bestial et que les actions qui nous mèneront sur le chemin de l'amour de son prochain, peu importe nos différences, ne sont pas assez nombreuses. Néanmoins j'ai foi en l'être humain...

Be the first to comment

Laisser un commentaire