Sida, un énième vaccin.

 

UN VACCIN UNIVERSEL CONTRE LE VIH (SIDA) AURAIT ÉTÉ MIS AU POINT

Des virus HIV (en jaune) en train d'infecter une cellule T humaine (Ph. NIH)

Des virus HIV (en jaune) en train d’infecter une cellule T humaine (Ph. NIH)

Un article paru dans la revue Nature annonce la mise au point d’un vaccin contre le VIH, le rétrovirus du sida, sous toutes ses variantes transmissibles à l’homme et dont la durée d’action dépasserait 8 mois.  Un travail qui devrait être largement commenté lors de laConférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes (CROI), qui se tiendra à Seattle (Washington) entre le 23 et le 26 février.

L’article, signé par des chercheurs d’une douzaine de centres de recherche, décrit comment leur nouvelle substance, une protéine, est capable de bloquer simultanément deux sites actifs de la surface des virus de souche VIH-1, VIH-2 et VIS (virus du sida des singes) rendant impossible leur pénétration dans les lymphocytes CD4 du système immunitaire humain, les premières cellules à être infectées par le virus.

VAINCRE LE SIDA AVEC SES PROPRES ARMES

En effet, les virus du sida fusionnent avec la membrane des CD4 et injectent dans ces cellules leur matériel génétique transformant leur hôte en une usine à VIH, lesquels donc finissent par infecter tous les autres cellules du système immunitaire : celui-ci est alors détruit. Des lors, des infections opportunistes, habituellement inoffensives pour un organisme en bon état, deviennent mortelles.

Selon les chercheurs, le vaccin serait actif durant au moins 8 mois – et peut-être plusieurs années – via un mécanisme de réplication de la protéine bloquante inspiré par le mode de reproduction du VIH lui-même. De fait, par manipulation génétique, les chercheurs ont transformé un adénovirus relativement inoffensif en usine à protéines bloquantes : une fois injectés dans un muscle humain, ces adénovirus sont capables de produire en continu ces protéines, qui vont donc systématiquement fusionner avec la membrane des VIH et bloquer leur action. Les VIH qui ont pénétré dans le corps ne peuvent se reproduire : ils meurent et l’infection disparaît.

DES AVANCÉES FULGURANTES CES DERNIÈRES ANNÉES

Cela fait quelques années que le monde de la recherche médicale annonce des avancées fulgurantes dans le traitement de l’infection par VIH, en particulier la mise au point de vaccins. Par exemple, en janvier dernier Science & Vie avait informé de la mise au point par des chercheurs du laboratoire GSK d’un vaccin pouvant bloquer l’infection pendant trois mois grâce à l’utilisation d’une substance chimique, un antirétroviral, associé à une nanoparticule à diffusion lente.

Mais le nouveau traitement présenté dans Nature, encore en phase d’expérimentation chez le singe, s’attaque au VIH avec des armes semblables : l’utilisation d’une cellule (ici, un adénovirus) comme système de réplication. Un bel espoir de vaincre le sida sur son propre terrain.

Le 28/02/15 Román Ikonicoff by Francky.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

franck
About franck 2187 Articles
J'ai pris ma première bouffée d'air un 19 mars 1971 à Mâcon en Saône et Loire (71). Passionné par les grands mystères de la vie, par l'humain et notamment son comportement, Je cherche des réponses à mes questions que je n'aurai surement jamais vu la complexité du fonctionnement du genre humain. Les guerres et les haines que génèrent les religions ou la différence de couleur de peau principalement me laisse à penser que l'homme est un ignorant bestial et que les actions qui nous mèneront sur le chemin de l'amour de son prochain, peu importe nos différences, ne sont pas assez nombreuses. Néanmoins j'ai foi en l'être humain...

Be the first to comment

Laisser un commentaire