« Ta batterie » : Renaud revient sur l’album de Grand Corps Malade

©PHOTOPQR/LE PARISIEN / Frédéric DUGIT / paris le 13 01 2010 SPECTACLE PARIS VIIIe : EMISSION DE TELEVISION SUR FRANCE 2 " VIVEMENT DIMANCHE " ANIMEE PAR MICHEL DRUCKER (MaxPPP TagID: maxnewsworldthree161401.jpg) [Photo via MaxPPP]

Un Renaud que l'on aimerait retrouver, avec le bénéfice de l'expérience. (AFP)

On en sait un peu plus sur la chanson que Renaud interprète sur le prochain album de Grand Corps Malade.

Comme L’Obs vous l’avait annoncé dès le 15 septembre, Renaud fait son come-back avec Grand Corps Malade. Le génial auteur-interprète de Mistral Gagnant est en effet sorti de son silence pour collaborer au nouvel album du roi du slam intitulé « Il nous restera ça« , dont la sortie est prévue le 23 octobre. Et on en sait aujourd’hui un peu plus sur cette collaboration.

Figurant au casting de cet album où interviennent une dizaine d’autres artistes (Charles Aznavour, Hubert-Félix Thiéfaine, Richard Bohringer, Lino ou encore Erik Orsenna) sur invitation du roi du slam, Renaud interprète pour sa part un morceau intitulé Ta Batterie.

Un titre que Le Parisien a pu écouter en exclusivité. Evènements en soi, car aucun enregistrement de « la chetron sauvage » n’avait été dévoilé depuis 2009.  Le quotidien explique qu’encore une fois, Renaud s’adresse à l’enfance, et en particulier à son fils Malone pour lui dire et chanter d’une voix « grave » et « fragile », sur fond de piano :

« C’était ton anniversaire / Tu voulais une batterie / Une grosse caisse, une caisse claire / Tu voulais faire du bruit / Tape, tape, sur tes tambours / Tape, Malone, sur mon amour. »

Un texte qui est le sien, mais où il presque a respecté le défi lancé au collectif d’interprètes de Grand Corps Malade, à savoir y intégrer la phrase : »Il nous restera ça ».

Car, comme l’explique Le Parisien, « dans la chanson de Renaud, elle devient : « Oui, tapes comme un sourd, il me restera ça« . Non sans qu’il mette en garde – poétiquement- son enfant contre les écueils qui l’ont tant blessé lui-même avec ces mots :

« Tu voulais faire du bruit / Comme j’en ai fait parfois / Ca m’a bouffé la vie / Fais gaffe à tes petits doigts. »

Avant de faire le constat de son trop long silence (en attendant son propre album, en préparation)  et, encore une fois, de livrer les conseils d’un papa cabossé par la vie :

« Moi je ne fais plus beaucoup de bruit / Tu l’as remarqué déjà / Oublie tous les vautours / Ton papa est bien là. »

Bel augure pour le retour de Renaud qui a bien dû admettre, devant Grand Corps Malade : « Finalement, ce n’est pas si dur d’écrire une chanson« . Une chanson, peut-être. Mais avec l’exigence et le talent de Renaud, c’est une autre paire de manches…

Par Jean-Frédéric Tronche

Source : L’Obs

Le 01/10/15 by Francky

franck
About franck 2190 Articles
J'ai pris ma première bouffée d'air un 19 mars 1971 à Mâcon en Saône et Loire (71). Passionné par les grands mystères de la vie, par l'humain et notamment son comportement, Je cherche des réponses à mes questions que je n'aurai surement jamais vu la complexité du fonctionnement du genre humain. Les guerres et les haines que génèrent les religions ou la différence de couleur de peau principalement me laisse à penser que l'homme est un ignorant bestial et que les actions qui nous mèneront sur le chemin de l'amour de son prochain, peu importe nos différences, ne sont pas assez nombreuses. Néanmoins j'ai foi en l'être humain...

Be the first to comment

Laisser un commentaire