Une femme voilée agressée.

Quand je vous disais que les méchants sont partout…

Une femme voilée, enceinte de 5 mois, violemment agressée par une islamophobe

agression islamophobe lens

Une femme voilée, enceinte de 5 mois, violemment agressée par une islamophobe

La Redaction I&I 14/02/2015. Publié dans dépêche, Islamophobie

Une jeune musulmane, enceinte, âgée de 23 ans s’est fait violemment agresser par une islamophobe qui n’a pas hésité à la frapper plusieurs fois au ventre. La sœur voilée sous le choc a accepté de témoigner dans un journal régional.

Il est 16h45 quand cette jeune lensoise se rend à la CPAM mardi. En arrêt maladie depuis un accident de travail, elle devait retirer une attestation pour la déposer au plus vite à son avocat.

Elle raconte :

« Très affaiblie, j’étais en pyjama, avec un gilet au dessus. J’en avais pour une minute à imprimer l’attestation à la borne extérieure installée depuis peu, relate-t-elle. Il y avait une dame qui imprimait un papier, je lui ai demandé si elle en avait pour longtemps, elle a gentiment répondu que non.

Puis elle s’est retournée et a eu l’air choqué en me voyant. Elle a eu un sourire narquois et j’ai vu qu’elle s’amusait à réimprimer le même papier, puis elle jouait sur l’écran, on voyait qu’elle voulait m’impatienter… »

La dame finit par s’en aller, en glissant :

« Si tu veux que ça aille plus vite, retourne dans ton pays ». Des propos qui interpelle de suite la jeune musulmane qui lui répond : « Tu attends d’être loin pour crier ça, la vieille. »

A ce moment là, la femme donne ses papiers à une autre personne qui l’accompagnait et fonce sur la jeune femme enceinte de 5 mois.

« Elle a couru vers moi. Elle m’a frappée, a arraché mon voile. Je lui ai dit d’arrêter, que j’étais enceinte. Là, elle s’est concentrée sur mon ventre à coups de poing, pour me défendre j’ai donné un coup qu’elle a reçu dans le nez. Elle continuait à m’insulter, me criait Tu fais des gosses pour toucher les alloc’ en France. Heureusement, un homme est venu nous séparer. »

Le témoin sépare mais refuse de témoigner, prétextant qu’il est pressé. La jeune musulmane se rend au commissariat, suivie par l’enragée islamophobe qui continue ses provocations.

« Elle a jeté sa carte d’identité au policier qui la lui demandait. Elle criait que je faisais des enfants pour toucher de l’argent, que c’était moi qui l’avais agressée… Puis elle est partie en rage. »

La victime enceinte de 5 mois se rend d’urgence à l’hôpital. Elle dépose plainte et présente un certificat médical faisant étant d’une incapacité totale de travail (ITT) de huit jours.

« Depuis, je n’ose plus sortir de chez moi toute seule, ma mère m’accompagne partout. Le pire, c’est que je n’ai même pas osé lui dire d’emblée qu’étant enceinte, j’étais prioritaire. Je comprends que les gens soient énervés depuis les attentats, mais il ne faut pas faire d’amalgame ni exprimer sa peur par la violence. Mon voile n’est pas une provocation. »

Depuis la tuerie de Charlie Hebdo, les actes islamophobes ont explosé en France. La montée de la haine, la libération de la parole haineuse à l’encontre d’une communauté toute entière entraîne des agressions dans les rues. Les musulmans se sentent de moins en moins en sécurité et se questionnent sur l’indifférence des pouvoirs publics et des organisations musulmans devant l’islamophobie.

La cristallisation de la société s’intensifie chaque jour sans que le gouvernement agisse concrètement pour lutter contre la parole raciste et islamophobe. Les musulmans sont-ils considérés comme des citoyens de seconde zone ? N’ont-ils pas le droit, eux aussi, de vivre en sécurité ? La colère gronde…

Dans un article précédent, je vous avais parlé de la montée en puissance de l’ islamophobie. Tous les jours des actes se commettent un peu partout en France, qui ne sont pas relayés par les médias, que se soit la télévision ou les journaux. Nos amis musulmans en ont assez ( et je les comprend ) de ces comportements primaires. Pourtant certains de ces musulmans trouvent la force de pardonner à leurs agresseurs, car les musulmans – eux aussi – connaissent le respect et le pardon.

Devant la condamnation d’un islamophobe, l’imam a pitié et retire sa plainte

Hier nous vous apprenions la condamnation d’un islamophobe, âgé de 69 ans, à un an de prison ferme suite à l’attaque, à l’aide d’une arme à feu, de la mosquée du Mans. Au tribunal, l’imam a étonné tout le monde en pardonnant au responsable de cette attaque.

« Nous condamnons cet acte islamophobe », est venu dire à la barre un des imams de la mosquée, Mohamed Lamaachi. Cependant, « au nom des musulmans du monde entier, on ne va rien demander. On partage le pardon, nous sommes éduqués sur le respect et le pardon. »

L’imam est allé plus loin, choquant par la même occasion une partie de la salle, en proposant à l’islamophobe en question de venir boire un thé à la mosquée ou manger un couscous.

« S’il (M. Chaillou) vient à la mosquée, il sera accueilli avec du thé et du couscous », a ajouté Mohamed Lamaachi.

Par ce comportement et ce discours, l’imam Lamaachi a de nouveau démontré les qualités de l’enseignement islamique. Si évidemment il n’est pas question de faiblir face à l’islamophobie grandissante, il est important de condamner les véritables responsables de cette montée de la haine en France à savoir les politiques et les médias.

Le 28/02/15 by Francky.

 

 

 

 

 

 

 

franck
About franck 2199 Articles
J'ai pris ma première bouffée d'air un 19 mars 1971 à Mâcon en Saône et Loire (71). Passionné par les grands mystères de la vie, par l'humain et notamment son comportement, Je cherche des réponses à mes questions que je n'aurai surement jamais vu la complexité du fonctionnement du genre humain. Les guerres et les haines que génèrent les religions ou la différence de couleur de peau principalement me laisse à penser que l'homme est un ignorant bestial et que les actions qui nous mèneront sur le chemin de l'amour de son prochain, peu importe nos différences, ne sont pas assez nombreuses. Néanmoins j'ai foi en l'être humain...

Be the first to comment

Laisser un commentaire