VERS LA CURATELLE INTERNATIONALISTE

Clenched fist held in protest vector illustration. Panoramic

Afficher l'image d'origine

Nous sommes au bord du précipice dans tous les domaines, chacun sent bien qu’un jour ou l’autre il va y avoir un affrontement dans notre pays et ce ne sera pas simplement pour reprendre un territoire toujours confisqué par les « ZADistes » de Notre-Dame-des-Landes malgré plus de cent cinquante décisions de justice. Il faudra alors choisir entre la casse et la capitulation. Ces perspectives, encore aggravées par les attentats terroristes, ne sont pas réjouissantes et on comprend que la plupart préfère ne pas y penser…

Leur République maçonnique est en train de vivre ses dernières années. Elle navigue de capitulation en capitulation. A la moindre émeute, elle passe sous la table et négocie, sauf dans la révolte des poussettes de la Manif pour tous où il fut jugé sans danger par le Chef de la Police d’affronter avec toute la brutalité d’usage les familles et les vieux qui étaient venus marcher à Paris contre le pouvoir gay. Mais à Strasbourg contre l’OTAN, à Nantes contre l’aéroport du Grand Ouest, à Sivens contre l’étang, à Rennes contre Vinci et les banques, à Calais contre les « No Borders », on enfume juste un peu et finalement on attrape trois boiteux faciles à agripper quand ce n’est pas un général en retraite au porte-voix, paumé au sein d’une manifestation statique à 150 pèlerins.

Actuellement, chacun voit bien que la montée des périls en tout genre va déclencher une réaction populaire à défaut d’intervention définitive de l’Etat. De fait, on va passer de la colère rampante à la colère bruyante puis à l’ouverture du feu. C’est ainsi que meurent les régimes foireux, par les fourches et les faux jadis, par l’artillerie de chasse aujourd’hui. Revenons aux périls :

– le premier est l’affaissement continu de l’école publique. Le seuil que les lycéens doivent franchir entre la sortie du secondaire et l’entrée à l’université ou aux grandes écoles est de plus en plus haut. Les dirigeants se gargarisent d’éléments de langage et de pédagogie tordue sous la direction aujourd’hui d’une jolie moukhère échappée du bled, qui succède à des agrégés sinon de grands professeurs ou chercheurs, parce qu’un prince républicain obsédé de « nouveauté » en a décidé ainsi.

– le deuxième est la constitution « d’enclos communautaires » qui prospèrent au nez et à la barbe de l’Etat sans réaction. Des territoires entiers de leur république sont stérilisés des valeurs françaises et il n’est pas loin le jour où la règle en vigueur sera que les étrangers y instaurent leur loi. Si le pouvoir en place s’en accommodera probablement, les Français de souches cernés ou en bordure pourraient bien former des chaînes de résistance pour protéger simplement leurs biens et leurs ressources.

– le troisième est la Dette abyssale de leur république la faillite conduira le pouvoir, confronté à sa propre banqueroute, à séquestrer l’argent des ménages par la confiscation de l’assurance-vie, des livrets, et plus s’il en faut encore. Alors ce sera à minima l’insurrection fiscale.

-le quatrième péril n’en est peut-être pas un s’il finit par consumer le déclin : c’est la perte complète de souveraineté de ce pays. L’affaissement économique et mental de la nation ne peut soutenir longtemps une souveraineté artificielle. La moitié des lois proviennent de Bruxelles et Strasbourg, la grande majorité des normes aussi, la monnaie est partie, nos armées ramenées au format d’un défilé ne sont plus autonomes en logistique et munitions, notre économie est impactée en profondeur par les groupes mondiaux qui gèrent à leur profit les marchés de denrées et matières : leur gouvernance mondiale.

Cette grande vulnérabilité laisse la porte ouverte à une intervention extérieure en cas d’évolution politique non souhaitée par les « lobbies décisionnaires qui comptent ».  Un « nouvel étranger » viendra faire sa loi chez nous, quel que soit le nom, il s’agira de curatelle internationale. Et il en sera bel et bien fini du Coq de France, alors pour contrer cette curatelle, une seule solution : Révolution Nationale !

                                                                                                                                             François Palaffittes

Source : Jeune Nation

Le 12/03/16 by Francky

franck
About franck 2198 Articles
J'ai pris ma première bouffée d'air un 19 mars 1971 à Mâcon en Saône et Loire (71). Passionné par les grands mystères de la vie, par l'humain et notamment son comportement, Je cherche des réponses à mes questions que je n'aurai surement jamais vu la complexité du fonctionnement du genre humain. Les guerres et les haines que génèrent les religions ou la différence de couleur de peau principalement me laisse à penser que l'homme est un ignorant bestial et que les actions qui nous mèneront sur le chemin de l'amour de son prochain, peu importe nos différences, ne sont pas assez nombreuses. Néanmoins j'ai foi en l'être humain...

Be the first to comment

Laisser un commentaire